BUSINESS

business

Portrait d'entreprises

PARTEC AFRIQUE CENTRALE

Une entreprise citoyenne dans la lutte contre le Sida et le paludisme : Comment Partec a révolutionné le suivi des malades en Afrique centrale

Depuis plus de huit ans, le Cyflow counter et le microscope à fluorescence permettent d’établir au Cameroun, à des prix très compétitifs, des diagnostics pointus respectivement chez les malades atteints du Vih Sida et du paludisme.

« Une petite et moyenne entreprise typique qui a eu le succès par sa spécificité ». Les propos de M. Léopold G. Lehman sont révélateurs de la santé de l’entreprise qu’il dirige. Le promoteur de Partec Afrique centrale Sarl est un homme comblé. Non pas par la santé financière de son entreprise, mais bien par sa contribution citoyenne au développement de la sous -région.

 

Cas d’école au Cameroun. « Le Cyflow counter a changé le suivi du Vih- Sida au Cameroun. Par le prix de nos tests, nous avons mis la pression sur la baisse des coûts d’examen, qui sont partis de 20.000 Fcfa à 3000 Fcfa », indique avec fierté le Dr Léopold G. Lehman. En effet, l’outil de travail inventé par le maître de la cytologie – le professeur Wolfgant Göhde- est venu démocratiser l’accès du test au Vih – Sida. « Nous avons ramené le comptage du CD4 aux hôpitaux de district ». En 2002, il n’y avait que deux appareils Cyflow counter au Cameroun, dont un ramené d’Allemagne par docteur Léopold G. Lehman. A ce jour, la tendance a changé. Révélation du promoteur de Partec Afrique centrale : « une quarantaine de Cyflow counter sont utilisés au Cameroun. Le ministère de la santé publique du Cameroun vient d’en commander une vingtaine. L’Afrique centrale compte actuellement une centaine d’appareils de cette nature ».

Paludisme

Les nouvelles sont tout aussi rassurantes pour les malades du paludisme. « Le microscope à fluorescence montre les limites de la goûte épaisse. Il permet de diagnostiquer avec précision et en deux minutes le paludisme et d’autres maladies, à l’instar de la tuberculose. On compte une dizaine de microscopes à fluorescence au Cameroun ». Le docteur Léopold G. Lehman voit par conséquent l’avenir avec optimisme : « on peut éradiquer le paludisme au Cameroun, pourvu qu’on commence maintenant…Il faut considérer le patient comme un réservoir… A partir d’un diagnostic de masse, on peut appliquer des solutions concomitantes : moustiquaires imprégnés, répulsifs, traitements médicamenteux… » Pour atteindre cet objectif final, il faudra contourner les résistances et blocages de toutes sortes. Dont les moindres ne sont pas le complexe du colonisé ou les crocs-en-jambes des multinationales pharmaceutiques, qui ont fait de la vente des antipaludéens leur fonds de commerce.

Partec Afrique centrale fournit des solutions complètes incluant l'instrumentation de logiciels, des réactifs, des protocoles, des accessoires, les supports applicatifs, la formation et  le service après-vente. Le représentant exclusif de Partec Gmbh Münster-RFA assure la formation des personnels medico-sanitaires, œuvre dans l’analyse et la recherche dans le domaine biomédical, mais surtout travaille à la distribution et la maintenance de la nouvelle technologie biomédicale. Partec Afrique centrale couvre plusieurs domaines de la médecine : biologie, physique, optique, fluidique, l'électronique et la technologie informatique. La clientèle de Partec Afrique centrale se recrute par ailleurs en République Démocratique du Congo (plus d’une dizaine de structures), en République du Congo, au Gabon, au Burundi, au Tchad et en Guinée Equatoriale.